Nos adhérents se présentent

Les adhérents se présentent

KiloWattsol se présente

Xavier Daval, KiloWattsol

Bureau de coordination : Pouvez-vous nous présenter KiloWattsol et nous dire ce qui distingue votre entreprise des autres ?

Xavier Daval : L’énergie, c’est l’avenir. Je suis électronicien de formation, le mariage de l’énergie et de l’électronique c’est le solaire. En 2006, je suis parti dans l’Allgäu en Bavière travailler chez un installateur où j’ai monté des panneaux photovoltaïques sur des toitures. C’est en travaillant sur les toits que j’ai eu l’idée et l’envie de mettre au point un outil qui permette aux installateurs avec lesquels je travaillais de mieux comprendre le potentiel solaire de chaque toit. Je suis donc retourné en France et j’ai créé KiloWattsol en 2007.
KiloWattsol est expert en ressource solaire. L’histoire d’un projet photovoltaïque débute toujours par deux questions : quel coût et quelle rentabilité. Le rôle de KiloWattsol est d’apporter une réponse à la deuxième question. KiloWattsol a développé un outil qui permet de simuler le rendement de n’importe quelle technologie dans n’importe quelle configuration et n’importe où sur la planète. La méthode développée par KiloWattsol est unique et se démarque des méthodes développées jusqu’à présent par nos concurrents, notamment en Allemagne.

BdC : KiloWattsol, entreprise française, vient d’ouvrir un bureau en Allemagne. Quel rôle jouent les relations franco-allemandes dans votre entreprise ?

XD : Je suis un européen convaincu et je considère que l’Europe n’existe que quand la France et l’Allemagne parlent ensemble. La seule barrière réelle qui existe entre les deux pays est la langue, et à partir du moment où cette barrière est supprimée, il n’y a plus de limites au rôle moteur de la coopération franco-allemande. Les français et les allemands sont des cousins plus que germains, et l’ouverture d’un bureau en Allemagne nous semblait donc aller de soi. L’Allemagne étant le pionnier et le leader du solaire, il est par ailleurs indispensable pour KiloWattsol d’avoir un pied en Allemagne et de travailler pour le marché allemand. Si KiloWattsol veut devenir l’un des leaders mondiaux de l’expertise solaire, il faut tout d’abord que l’entreprise soit reconnue en Allemagne.

BdC : Pouvez-vous nous dire quelles sont les principales différences entre le marché photovoltaïque français et allemand ?

XD : En Allemagne, nous avons séduit parce que nous arrivons avec une méthodique claire et précise. Dans l’esprit rationnel allemand – car les allemands ne sont non pas des cartésiens mais des rationnels romantiques -  cette démarche analytique complète de A à Z, constitue un vrai atout par rapport à nos concurrents allemands. En France, les besoins du marché et les attentes des acteurs sont très différents. Les français sont plus à la recherche de précision qu’à la recherche d’une méthode. Pour les allemands, la méthode prédomine sur la précision. Cette différence s’explique notamment par la complexité climatique française que l’on ne retrouve pas à la même échelle en Allemagne.

BdC : Vous êtes très impliqué dans le travail de SER-Soler dont vous faites partie du Bureau. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi vous avez- fait ce choix et qu’est-ce que cet engagement vous apporte ?

XD : Je suis un homme d’action par nature, et je crois aux engagements. Le syndicat est un très bon moyen de fédérer les énergies afin de faire avancer les idées. De la même manière, j’ai adhéré au syndicat de l’énergie solaire allemand BSW-Solar. J’appartiens à une filière industrielle d’avenir et je souhaite en endosser les responsabilités, être présent, écouter, participer et contribuer aux activités des syndicats pour permettre à la filière de se développer autant que possible.

BdC : Quelles sont d’après vous les perspectives du marché photovoltaïque en France et en Allemagne ?

XD : D’un point de vue technique, n’importe quel projet situé à la latitude de l’Espagne a déjà plus ou moins atteint la parité réseau. Le marché du photovoltaïque est mondial. La plus importante mission de la filière photovoltaïque, aujourd’hui, est d’améliorer la performance de sa technologie.  L’énergie photovoltaïque représente l’avenir et je suis convaincu que dans les prochaines années, le solaire représentera entre 7 et 10% du mix énergétique, et deviendra donc très rapidement l’une de nos principales sources d’approvisionnement énergétique. Il n’y a pas d’autre technologie qui puisse être déployée aussi rapidement que le photovoltaïque, et cela constitue l’une des principales forces de cette technologie face à un monde en besoin perpétuel d’énergie. C’est notre responsabilité que d’apporter des solutions.

BdC : Quelles sont selon vous les perspectives de la filière photovoltaïque française à l’export ?

XD : Les Français ne sont pas de grands exportateurs par nature, comme l’illustre cette histoire drôle franco-allemande : un français et un allemand, tous deux représentants d’un fabricant de chaussures, sont envoyés au début du siècle en Egypte. Ils visitent Le Caire et informent chacun leur usine respective de leurs premières impressions. Le français prend le chemin du retour et envoie un télégramme qui dit : mauvaise nouvelle, il n’y a pas de marché de la chaussure en Egypte, ils marchent tous pieds nus. L’allemand rentre à l’hôtel et envoie un télégramme qui dit : très bonne nouvelle, le marché est immense, ils marchent tous pieds nus. SER-Soler souhaite aujourd’hui inciter les entreprises françaises à exporter leurs compétences et leurs savoir-faire. Nous souhaitons ainsi réunir les industriels de la filière photovoltaïque qui ont envie de travailler à l’export dans un club au sein du syndicat, afin d’allier nos forces et de créer une vraie culture de l’international au sein de la filière photovoltaïque française.

BdC : Vous venez d’adhérer au Bureau de coordination. Qu’est-ce qui vous a convaincu d’adhérer et quelles sont vos attentes ?

XD : La France a beaucoup à apprendre de l’Allemagne en matière d’énergies renouvelables. Ce que l’Allemagne a déjà expérimenté, assimilé, compris et mis en œuvre est très important et constitue un savoir-faire et une expérience de grande valeur pour la France. En adhérant au Bureau de coordination énergies renouvelables, j’espère donner de la crédibilité à cette ligne de communication qui aide nos deux pays à avancer ensemble. Il est indispensable que les Français et les Allemands parlent ensemble et travaillent ensemble. Pour moi, cela fait donc partie des priorités que de soutenir les activités du Bureau de coordination énergies renouvelables.

Pour contacter Xavier Daval, Président de KiloWattsol :

Xavier Daval
14 rue Rhin & Danube
F- 69009 Lyon
Mail: xdaval(at)kilowattsol(dot)com
Tél. : +33 4 27 86 82 47
Tél. portable : +33 6 20 98 58 96